Mostar, une enluminure colorée posée sur deux rives

Je rêvais depuis des années de découvrir la Bosnie-Herzégovine, et plus particulièrement Mostar et son vieux pont (Stari Most), qui a donné le nom à cette petite ville perchée dans les montagnes des Balkans.

Start Most

Stari Most depuis la mosquée Koskin Mehmet Pasha

Après la chaleur écrasante et l’humidité de Dubrovnik, nous avons donc pris un bus pour traverser la frontière (4 fois) pour nous emmener à la toute aussi chaude Mostar, en Bosnie-Herzégovine.

Je rêvais de visiter la Bosnie depuis mes années à l’université, durant lesquelles j’ai eu la chance de faire une année de stage à l’étranger. Je voulais absolument un pays de la péninsule balkanique. J’ai même appris le Serbo-Croate. Cependant, mes pas m’ont portée en Bulgarie, qui reste encore aujourd’hui très chère à mon coeur. Je vous raconterai Plovdiv une autre fois…

Ces années d’attentes m’ont permis d’apprendre et de comprendre encore mieux cette péninsule, cet ex-Yougoslavie éventrée, ces reliques de l’Empire Ottoman que l’on perçoit si bien à Mostar et Sarajevo.

Mostar, Stari Most

Stari Most

Je peux le dire aujourd’hui, Mostar est un des plus beaux endroits que j’ai pu visiter. La pierre claire de la ville ottomane, l’eau vert émeraude de la Neretva, glacée, dans laquelle se jettent de téméraires jeunes gens pour le plaisir des touristes depuis le haut du pont.

Stari Most

Stari Most

Ce pont a été construit en 1566 par Mimar Hajrudin, un élève du célèbre architecte ottoman Sinan. Après sa destruction en 1993 par les forces croates, les architectes et ingénieurs du monde entier se sont unis pour le reconstruire à l’identique, avec les mêmes pierres.

Lorsque l’on parle de visiter la Bosnie, la question qui revient souvent est celle de la guerre. Difficile de passer à côté des tombes blanches en plein coeur des villes, au milieu des campagnes, portant les noms de jeunes hommes, encore des garçons. Difficile de ne pas être impressionné par les bâtiments éventrés dont on ne peut s’approcher, risquant d’être encore minés.

Difficile d’oublier, mais les Bosniens sont admirablement résilients. La population est jeune et veut profiter du coeur qui bat dans sa ville; les gens sont adorables et disponibles, et parlent très bien anglais; et demandent à chacun à son niveau, de parler en bien de la Bosnie. Les reconstructions ont été effectuées de manière exemplaire. Mostar est ainsi une enluminure médiévale, chatoyante et colorée.

La semaine prochaine, je partagerai avec vous mes découvertes de la vibrante Sarajevo.

 

Publicités

6 réflexions sur “Mostar, une enluminure colorée posée sur deux rives

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s